Nothing to Hide – Un film sur la surveillance et vous (2017)

« Un documentaire passionnant » (Les Inrocks), « Riche, bien écrit et qui ouvre les yeux » (Forbes), « Captivant… et effrayant » (France 24).
Film aussi sous-titré en anglais, allemand, espagnol, portuguais, italien: vimeo.com/nothingtohide
NOTHING TO HIDE (2017) est un documentaire qui s’intéresse à la place de la surveillance dans la société et à son acceptation dans l’opinion à travers l’argument « je n’ai rien à cacher ».
Il est à présent disponilbe en ligne sous licence Creative Commons* (Oct. 2017). Rappel: Le film est mis gratuitement sur internet mais sa réalisation n’échappe pas aux contraintes financières de la production audio-visuelle. Chacun est donc libre de faire une donation ici: leetchi.com/c/project-nothing-to-hide

La licence Creative Commons – Attribution – Non Commercial – No Derivatives (CC-BY-NC-ND) permet:

– de voir et de partager gratuitement le film en ligne en quatre langues (anglais, français, allemand, espagnol) si les auteurs et le site internet (nothingtohidedoc.wordpress.com/) sont cités.

– d’organiser des projections publiques si celles-ci sont gratuites et ouvertes à tou(te)s. Les lycées peuvent télécharger et projeter le film sans formalités.

– pour les séances ou diffusions commerciales, les distributeurs sont invités à contacter les auteurs. Les diffusions organisées par des associations requérant des cotisations annuelles ou organisées dans le cadre d’un évènement payant (conférence, symposium) sont considérées comme commerciales.
– chacun est invité à faire un don pour contribuer à payer la production du film et de sa suite en cours d’écriture.

 

 

 

=========================================

Êtes-vous vraiment sûr de n’avoir « rien à cacher » ?
Que peuvent savoir Facebook ou Google de vous en seulement 30 jours ? Votre orientation sexuelle ? Vos heures de lever et de coucher ? Votre consommation d’alcool et vos infractions pénales ? Votre niveau de richesses et votre solvabilité ? Marc Meillassoux et Mihaela Gladovic ont fait l’expérience en hackant l’Iphone et l’IMac d’un jeune artiste n’ayant « rien à cacher » pendant un mois.

Un hacker et une analyste ont pour mission de deviner qui est ce jeune homme et s’il n’a véritablement « rien à cacher ». Celui-ci est loin de se douter où l’expérience va le mener…https://www.lesmutins.org/nothing-to-hide

Pour soutenir la suite, c’est par ici : https://www.leetchi.com/c/project-nothing-to-hide

https://www.lesmutins.org/nothing-to-hide

in

https://www.lesmutins.org/nothing-to-hidehttps://www.lesmutins.org/nothing-to-hidehttps://www.lesmutins.org/nothing-to-hidehttps://www.lesmutins.org/nothing-to-hide

#remarquables : Marie Claude Esculier et le monde de Shabi

Ce jour-là, tout le monde était très perplexe.

Les animaux et les plantes de toutes contrées s’inquiétaient. Rien ni personne ne se sentait tranquille, même dans la Forêt Sereine.

Pour tenter de calmer les esprits, la Forêt avait choisi, dès l’aurore, des couleurs très douces, variations de bleus et mauves, des couleurs tendres qui apaisent

 

https://mcesculier.wixsite.com/le-monde-de-shabi?fbclid=IwAR2nLlzj02KG2NcKyhcLbdMIl2BBq3CBEWhMleYWXsFFY4LDvjLiF9JYyC4

Et sur le site biographie !

« 

Quelques mots

de mon histoire

La première partie de ma vie fut bien éloignée des passions qui m’animaient depuis très jeune, à savoir le dessin et le modélisme. Préférant m’assurer une vie d’indépendance où je pourrai assumer mes choix, j’abandonnais mon attirance pour les Beaux-Arts pour des études en Ecole de Commerce.

Par la suite, après avoir laissé tomber le monde de l’entreprise qui ne me convenait pas, c’est l’aventure Européenne qui fut ma seconde vie dès 1992 : une grande bouffée d’oxygène entra dans ma vie professionnelle grâce à cette construction innovante, osée, passionnante et soutenue par une philosophie de partage qui me convenait très bien. La rencontre avec d’autres cultures, la découverte d’autres visions, la création d’un nouveau métier devinrent autant de challenges qui me portaient au quotidien. Gardant toujours mes mon attirance pour l’art dans un coin de mes rêves, je découvrais l’écriture au fil de ma profession. Rédiger des dossiers, des candidatures, des rapports, trouver les mots justes et leur donner force de conviction pour trouver des financements Européens dans des domaines sociaux et environnementaux, là où il y a tant de besoins.

Au fond de moi, je gardais toujours le goût de la rêverie, de la solitude, l’amour de la nature et des animaux, les promenades en silence et l’imaginaire du petit peuple et des légendes.

Lors d’un voyage inoubliable en Laponie suédoise, la poésie et le mystère de cette région perdue au milieu des neiges et des forêts primitives, imprégnèrent mon âme à jamais. Des paysages à perte de vue, un silence chargé de la magie de cette contrée, une neige feutrée procurant une sensation de cocon et de paix. Les tambours, les Sames et leur vision du monde, leur respect de la nature et du vivant, créèrent un lien et une émotion indéfectibles. J’avais la sensation d’une rencontre avec moi-même, une force que personne ne pourrait jamais m’ôter comme si je puisais à la fois dans le passé et dans tout le possible du moment. Comme si tout pouvait s’arrêter là, ici et maintenant, dans une sérénité totale.

Au retour d’un de ses voyages, une petite Elfe s’invita en cachette dans mes bagages et dans ma vie pour ne plus jamais me quitter. SHABI (c’est ainsi qu’elle se nomma) me parlait sans cesse et déroulait tout un monde que je ne soupçonnais pas. Je dus négocier avec elle pour qu’elle n’envahisse pas ma vie et mon sommeil. Nous trouvâmes finalement une équilibre ensemble, chacune à sa place, me permettant ainsi d’aborder une nouvelle vie.

A travers ses aventures, j’espère vous transmettre l’amour et le respect du monde végétal et animal, du petit peuple et vous permettre de trouver cette émotion du Nord que je souhaite à chacun.

 

albatros

#remarquables : La BnF offre des millions de documents à télécharger gratuitement

 

 


« Estampes, photographies, manuscrits enluminés ou autographes, dessins et gravures, unes de presse, cartes et globes, objets d’art, monnaies et médailles… Des papyrus égyptiens aux dessins de presse, en passant par les enluminures des livres médiévaux ou des œuvres de Picasso, la Bibliothèque nationale de France détient des collections iconographiques parmi les plus riches au monde, issues du patrimoine mondial », indique l’établissement dans un communiqué.

Et pour cause : quelque 5 millions de documents relevant du domaine public, dont 1,5 million d’images sont disponibles et le seront plus encore désormais. Pour ce faire, plusieurs grandes évolutions sont au programme :

• exonération de la redevance d’utilisation commerciale pour les chercheurs,
• récupération des fichiers en haute définition,
• grille tarifaire repensée,
• lancement d’une nouvelle banque d’images pour les professionnels

L’ensemble des images détenues sera librement utilisable — tant que l’on reste dans le cadre non commercial et à condition de faire figurer la mention de la source. En parallèle, une API gratuite permet de profiter des images en haute définition, et dans le même temps, le service hors API sera facturé 5 € contre 25 € précédemment.

L’idée est bien de mettre à disposition pour la recherche et les usages non commerciaux le patrimoine documentaire détenu.  »

Tout ce que la BnF compte d’images et d’œuvres numérisées — soit des millions de documents — sera désormais librement téléchargeable et utilisable. Il s’agit là d’un véritable bouleversement dans la politique d’accès de l’établissement à ses collections, qui suit enfin un mouvement plus global.
« Estampes, photographies, manuscrits enluminés ou autographes, dessins et gravures, unes de presse, cartes et globes, objets d’art, monnaies et médailles… Des papyrus égyptiens aux dessins de presse, en passant par les enluminures des livres médiévaux ou des œuvres de Picasso, la Bibliothèque nationale de France détient des collections iconographiques parmi les plus riches au monde, issues du patrimoine mondial », indique l’établissement dans un communiqué.

Et pour cause : quelque 5 millions de documents relevant du domaine public, dont 1,5 million d’images sont disponibles et le seront plus encore désormais. Pour ce faire, plusieurs grandes évolutions sont au programme :

• exonération de la redevance d’utilisation com
« Estampes, photographies, manuscrits enluminés ou autographes, dessins et gravures, unes de presse, cartes et globes, objets d’art, monnaies et médailles… Des papyrus égyptiens aux dessins de presse, en passant par les enluminures des livres médiévaux ou des œuvres de Picasso, la Bibliothèque nationale de France détient des collections iconographiques parmi les plus riches au monde, issues du patrimoine mondial », indique l’établissement dans un communiqué.

Et pour cause : quelque 5 millions de documents relevant du domaine public, dont 1,5 million d’images sont disponibles et le seront plus encore désormais. Pour ce faire, plusieurs grandes évolutions sont au programme :

• exonération de la redevance d’utilisation commerciale pour les chercheurs,
• récupération des fichiers en haute définition,
• grille tarifaire repensée,
• lancement d’une nouvelle banque d’images pour les professionnels

L’ensemble des images détenues sera librement utilisable — tant que l’on reste dans le cadre non commercial et à condition de faire figurer la mention de la source. En parallèle, une API gratuite permet de profiter des images en haute définition, et dans le même temps, le service hors API sera facturé 5 € contre 25 € précédemment.

L’idée est bien de mettre à disposition pour la recherche et les usages non commerciaux le patrimoine documentaire détenu. merciale pour les chercheurs,
• récupération des fichiers en haute définition,
• grille tarifaire repensée,
• lancement d’une nouvelle banque d’images pour les professionnels

L’ensemble des images détenues sera librement utilisable — tant que l’on reste dans le cadre non commercial et à condition de faire figurer la mention de la source. En parallèle, une API gratuite permet de profiter des images en haute définition, et dans le même temps, le service hors API sera facturé 5 € contre 25 € précédemment.

L’idée est bien de mettre à disposition pour la r
« Estampes, photographies, manuscrits enluminés ou autographes, dessins et gravures, unes de presse, cartes et globes, objets d’art, monnaies et médailles… Des papyrus égyptiens aux dessins de presse, en passant par les enluminures des livres médiévaux ou des œuvres de Picasso, la Bibliothèque nationale de France détient des collections iconographiques parmi les plus riches au monde, issues du patrimoine mondial », indique l’établissement dans un communiqué.

Et pour cause : quelque 5 millions de documents relevant du domaine public, dont 1,5 million d’images sont disponibles et le seront plus encore désormais. Pour ce faire, plusieurs grandes évolutions sont au programme :

• exonération de la redevance d’utilisation commerciale pour les chercheurs,
• récupération des fichiers en haute définition,
• grille tarifaire repensée,
• lancement d’une nouvelle banque d’images pour les professionnels

L’ensemble des images détenues sera librement utilisable — tant que l’on reste dans le cadre non commercial et à condition de faire figurer la mention de la source. En parallèle, une API gratuite permet de profiter des images en haute définition, et dans le même temps, le service hors API sera facturé 5 € contre 25 € précédemment.

L’idée est bien de mettre à disposition pour la recherche et les usages non commerciaux le patrimoine documentaire détenu. echerche et les usages non commerciaux le patrimoine documentaire détenu.

 »

in

https://www.actualitte.com/article/patrimoine-education/la-bnf-offre-des-millions-de-documents-a-telecharger-gratuitement/97199?fbclid=IwAR2OyRSWIovFtTehgJu1Xa3xZY0UwnavDpauiYY2ohkITlDsHKJryJkTDWk

 

cropped-perceptibles-gdmont-bann-2000x701.jpg